Pour les adeptes de la raison pure, au-delà de cette limite, vos pensées ne sont plus valables...

Il est plus rassurant de croire à une illusion qu’à une vérité qui dérange.

I

Des oiseaux de par leur symbole volatile et de légèreté, sont au plus prés du ciel

La lettre I

La lettre I, c'est le symbole de : L’unité – L'un – Dieu – Intelligence – Intuition – Incarnation – Transcendance – Idée – Pilier – Lien vertical – Droite – Tête et colonne vertébrale – Bâton – Unique – Seul – Soleil et rayon.

Image

L'image est une représentation visuelle, mentale, de quelque chose, objet, être vivant et/ou concept.
Le mot image en français vient du Latin imago, qui désignait autrefois les masques mortuaires.
Un masque mortuaire est un masque moulé sur le visage d'une personne morte récemment.
Dans ce paragraphe, l'image n'est pas celle que l'on voit sur le papier, mais de celle que l'on retient de toutes choses, qu'elle soit l'image de personne, de situation ou plus généralement celle de la vie. L'anagramme du mot image n'est rien d'autre que le terme : magie. Alors, pourquoi serait-ce mortuaire ?
La raison est que, derrière l'image que l'on retient, se dissimule une autre réalité.
La magie est dissimulée par ce que l'image affiche, il faut se livrer à l'observation profonde pour que l'image nous révèle ce qu'elle recouvre.
Les exemples les plus connus sont les images d'Épinal, qui lors d'une lecture ordinaire, nous montrent un paysage, mais lorsque l'on regarde plus attentivement, on y découvre, des personnages, des animaux, etc.
Ces imageries d'Épinal, tendent à nous enseigner, que notre représentation des choses de la vie par l'image, est trompeuse.
Il suffit de poser la question à l'un de vos proches, en présentant une image (photo) de vous, c'est qui ? pour vous entendre dire : c'est toi !
C'est dire l'amalgame inconscient que nous faisons de la représentation par l'image avec le réel...

Imaginaire

L'imaginaire, est un terme générique ou polysémique dans lequel on retrouve aussi bien : les rêves ontologiques, les rêveries enfantines, les fantasmes, mais aussi des projections de concept, tel que les utopies, les destopies, etc.
Le point commun entre tous ces scénarios est l'activité cérébrale qui se résume à façonner des concepts; qu'il soit sommaire ou élaborer, ce sont des récits fictifs, non réel, ils se détachent de la réalité, ils sont abstraits (absence de trait).
Image, I et N, et Aire, l'image, qu'elle soit fictive comme réel est la représentation visuelle d'un être, objet ou concept.
Le I représente la verticalité, le lien entre ce qui est en haut comme ce qui est en bas.
Le N, symboliquement c'est la permutation.
L'Aire avec la lettre E c'est l'espace et sans c'est le souffle, ces éléments invisibles et si crucial dans le maintien de la vie en ce monde symbolisé par le E.
Conclusion : l'imaginaire, débarrasser du fétichisme et superstition n'est rien d'autre que la capacité médiumnique de notre esprit, qui selon le niveau de conscience, capte les pensées subtiles en provenance de la vacuité (haut) et les retranscrits ici-bas en les adoptant ou mal, voire pas du tout à l'environnement ambiant.
Seuls nos différents niveaux de conscience séparent le fantasme du réel...

Intelligence

L'intelligence et avant toute chose, la connexion à notre esprit, plus nous nous relions à lui, plus notre conscience s'élargit et s'éclaire.
Elle est l'ensemble de notre faculté à relier notre monde ressenti intérieurement au monde visible extérieurement. C'est l'acte de ce tissage que l'on désigne par intelligence, celle-ci est un ensemble d'outil par lequel le processus peut s'élaborer, ils sont au nombre de quatre :

  • La cohérence : à ne pas confondre avec la logique, qui procède par addition ou soustraction, la cohérence est holistique, c'est l'ensemble des informations qui est traité et c'est la coordination de ses éléments qui forment la cohérence.
  • La pertinence : savoir saisir ce qui nous convient, ce qui est approprié à notre propre démarche, objectif.
  • La résilience : c'est notre capacité à nous défaire de ce qui ne nous convient pas, c'est la remise en question entre ce qui est désiré et la croyance de ce que l'on croit Désiré.
  • L'efficience : est la capacité à agir avec un maximum d'efficacité, c'est-à-dire d'obtenir le maximum avec le minimum, c'est le rapport énergie, temps et qualité investit.

L'intelligence, opère selon trois niveaux de logique, mentale, intermédiaire et spirituelle (par l'esprit).

Le mental :

  • La raison déductive : c'est la logique, qui procède par addition et soustraction des éléments ou prémices qui se présente, en éliminant les incohérences qui existeraient entre eux.
  • Morale : celle du jugement qui évalue la conformité de la pensée avec les moeurs du moment.
  • Analogie : explicite par comparaison en cherchant les similitudes entre les objets, sujets, situations analysées. Ou implicite, qui procède par métaphore.

L'intermédiaire, qui se situe entre le mental et l'esprit, opère dans les deux sens :

  • L'imagination : élabore, fabrique, construit des concepts, qu'ils soient complexes, simples ou farfelus c'est selon les éléments contenus dans la conscience et la sensibilité de l'être qui pense.
  • Morale : celle du jugement qui évalue la conformité de la pensée avec les moeurs du moment.

Spirituel, donc de l'esprit :

  • L'intuition : est une sensibilité holistique, elle résonne, elle décrypte le son ou langage de l'âme, c'est un axiome en philosophie.
  • L'amour : est au-delà de la morale, il englobe tout, il est un principe féminin, dont la caractéristique principale et L'union.

L'intelligence est l'aptitude à former un tout homogène et non un tas éparse d'information et c'est de la cohérence entre cet ensemble que se forme notre équilibre personnel.
Elle met en relation les nouvelles informations avec les anciennes, contenues dans la mémoire et par comparaison, fait des choix pour obtenir la cohérence entre elles.
De même qu'elle veille à ce que notre mémoire soit le moins fissuré possible et procède au nettoyage et l'ordre de celle-ci.

Intelligent

Intelligent, derrière ce mot si difficile à définir, tant la divergence d’interprétations diffère d'une discipline à une autre, dont le fameux QI a fait référence durant des années avant d'être peu à peu délaissé...en voici une énième définition.
IN-TEL-LI-GENT : IN dont le son est UN, ensuite viens-le TEL préfixe de toute communication par onde : TELéphone, TELévision etc... s'ensuit la syllabe : LI
racine du verbe lire où lier et enfin nous avons: GENT auquel suffirait de remplacer la terminaison 'T' par un 'S' pour obtenir au pluriel :GENS.

Résumé: c'est notre capacité à prendre conscience des liens qui existent et avec toute la matière, vivante ou inanimée, transmettre et recevoir par la communication avec nos semblables et toutes choses, pour n'en former un Tout cohérent et homogène dont l'Un est la matrice, qui fait de nous des êtres INTELLIGENTS...

Intention

Intention : in-tention, on pourrait l'écrire de cette façon : un-tend-tension.
L'UN ou l'unité, Tend du verbe tendre, c'est l'acte qui tend vers quelque chose, c'est être aspiré ou inspiré, auquel il faut ajouter Tension qui est l'énergie indispensable pour se mouvoir en action, l'intention, c'est le but et l'action.
L'UN c'est le principe créateur qui s'exprime à travers nous par le biais de l'âme supérieure ou l'Esprit, c'est toutes les grandes inspirations, toutes disciplines confondues dont a bénéficié l'humanité. L'intention se manifeste par notre sensibilité, l'ego par le biais du mental utilise également ces ressources émotionnelles pour s'exprimer, c'est cela qui crée la confusion.

Interdit

L’interdit, terme sans équivoque dans le quotidien, il signifie ce qui n'est pas autorisé, par la loi, l'autorité...
Inter-dit:

  • INTER est un préfixe du latin : signifiant entre, il exprime la réciprocité ou l'action mutuelle, comme inter-national, c'est les échanges entre les Nations...
  • DIT du verbe dire, conjuguer à la troisième personne du singulier, c'est à dire de l'inconnu...

L'inter-dit, c'est ce qui est silencieux, ce qui n'est pas encore formulé, c'est entre les dits, dans le langage spirituel ou métaphysique, c'est ce qui demeure entre la déité (inter - D.I.T.) .
c’est tout ce qui n’a pas été verbalisé, ce qui est resté dans l'obscurité, ce qui est sans définition.
Tout ce qui n’est pas exprimé nous est interdit. Cependant, formuler un interdit c’est dire quelque chose et qui par conséquent, c'est le sortir de l’inter-dit.
Le véritable interdit, c’est l’inimaginé et le non verbalisé, là où les mots sont absents. Au commencement était le verbe, selon la formule consacrée des religions, mais qui récite le verbe ?
Le D.I.T, épelez le verbe et vous obtiendrez ceci : DÉ.I.TÉ.
Epeler, action d'enlever la peau, chaque mot poser que l'on entend par peau-ser (se sert d'une peau), qu'il faut ôter pour voir son contenu...

Image de Anncapictures de Pixabay