Pour les adeptes de la raison pure, au-delà de cette limite, vos pensées ne sont plus valables...

Il est plus rassurant de croire à une illusion qu’à une vérité qui dérange.

D

Des oiseaux de par leur symbole volatile et de légèreté, sont au plus prés du ciel

La lettre D

La lettre D, est le symbole de La Divinité Dieu. C'est également ce : qui vient De, ou provient De... C'est aussi la lettre : Delta qui veut dire porte en égyptien, elle se présente sous une forme de triangle.

Dauphin

Un des rares mammifères cétacés marins présentant une sensibilité simmilaire à celle de l'homme.
Dos-fin, ou Dauphin :

  • D la lettre se rapporte graphologiquement à la porte ou l'origine.
  • A le commencement, la règle, l'esprit.
  • U l'universel, le réceptacle féminin...
  • P c'est la transmission, le père fondateur, etc.
  • H c'est la liaison du haut et du bas, l'équilibre, la balance.
  • I est l'unité, l'intuition, la transcendance, Dieu.
  • N c'est la permutation, transformation du haut comme du bas et inversement.

Dos: pour la lettre D, voir plus haut, le O symboliquement c'est l'eau, le haut, le cercle, la fin, etc... quant au S, c'est le mouvement ondulatoire, c'est le manifester dans le présent.
Conclusion : le dauphin, de toutes les espèces marines est celui qui semble disposer d'une conscience élevée. Sa conscience symbolise une capacité certaine à la communication métaphysique ou spirituelle... L'oracle de DELPHES (même racine que le terme dauphin) est connu pour ces prémonitions.

Défendu

Serait-ce le fruit défendu ou plus généralement ce qui est défendu ?
D'É-fendu... Dit, qui est expliqué plus haut, qui recommande de fendiller ou fondre ce qui provient du É.
Le E, graphiquement se présente par trois traits horizontaux fixés à un trait vertical.
Les trois traits horizontaux, c'est la représentation des différents mondes, voir, le tableau ci-dessous.
Et le trait vertical qui représente un I qui est le symbole de l'alignement, de l'unité, de l'un, le divin.
La multiplicités des échelles dans l'univers, au niveau macro (l'infiniment grand) comme celui du micro (l'infiniment petit)
les fractales nous révèlent de multiples mondes symbolisés par le E, présent dans le tableau, sous forme de triangulaire et sous différents noms ou langages selon les disciplines et les échelles :

Courant

  1. La terre
  2. Le ciel
  3. L'au-delà

Religieux

  1. Le père
  2. Le fils
  3. Le st-esprit

Sagesse

  1. Matériel
  2. Spirituel
  3. Divin

Spiritualité

  1. L'égo
  2. Le mental
  3. L'esprit

Psychologie

  1. Le subconscient
  2. Le conscient
  3. L'inconscient

Psychanalyse

  1. Le je
  2. Le moi
  3. Le sur-moi (soi)

Philosophie

  1. Le physique ou corps
  2. Le sensible
  3. L'invisible

Physique

  1. L'énergie
  2. L'énergie noire
  3. La matière noire

Un triangle, plusieurs disciplines, multiples langages, un seul et même sens ou procédure.

Dans tous les cas de ces figures, il est dit qu'il faut fendiller les premiers nommés de chacun de ces mondes.
Dans ce sujet plutôt spirituel, c'est de l'égo qu'il s'agit, il faut le dépasser pour l'aligner sur les deux autres et ainsi faire évoluer l'ensemble, ou changer le monde.

Démontrer

La rationalité et la logique de l'intellect raisonneur, ont pour adage suivant : pour qu'un énoncé soit reconnu comme vrai, il se doit de démontrer, autrement dit prouver son contenu.
Dé-montrer, par son préfixe "Dé", exprime la cessation, la restriction du verbe montrer.
Montrer est un verbe qui indique une image dans un espace. Si nous lui retirons le R de son infinitif, il devient une montre, symbole du temps et de la chronologie dans l'espace.
Le R, c'est l'aire, qui n'est autre chose que le terme espace. De même que, l'air symbolise le mouvement dans cette aire.
Par la cessation ou restriction, l'intellect se retrouve privé de l'image, objet de sa preuve. Ce qui signifie, que sans celle-ci, il est dans l'incapacité d'apporter une preuve de ce qu'il prétend "Dé-montrer". Par la disparition de l'image qui est la matière physique, il ne lui reste plus que l'abstraction mentale pour affirmer qu'une chose est vraie.
L'Ordre Souverrain de la Création, opère de l'abstrait vers le concret, de l'invisible qui devient visible. En occurrence, démontrer une chose suppose de prouver l'origine de la pensée qui a induit la réalisation de la matière première avec laquelle ledit objet aura été réalisé.
Conclusion : démontrer, loin de sa signification intellectuelle qui consiste à prouver, le verbe indique que celui-ci se fourvoie dans l'illusion de l'espace-temps, qui est le fondement de l'analyse.

Dit

Dit, c'est le verbe dire, du troisième groupe, présent ici sous sa forme conjuguer à la troisième personne du singulier, c'est-à-dire, le pronom personnel IL.
Hors, il, dans le langage courant exprime celui qui est absent, une personne non identifiée, inconnu voir le mystère.

De quoi s'agit-il ?

 présent, épelons le verbe dit, on obtient ceci : -I-...

Dans les textes religieux, considérés comme sacrés, il est dit qu'au commencement était le verbe.
Il c'est à dire personne (l'absence), est, c'est l'être en devenir, puisque au commencement il n'y a personne et dit c'est la déité, qui est la véritable oratrice du verbe.

Déité, du latin deitas, de deus « DIEU ».
DE.I.TE mot féminin:

  • essence divine.
  • Dieu ou déesse.

N'est-ce pas magique que le verbe dire nous révèle ce qu'il dissimule sous ces trois lettres ?

Dormir

Le sommeil est l'activité la plus exercer dans une vie, nous passons plus de temps à dormir qu'à nous maintenir en état de veille.
Notre réalité est si difficile à accepter que nous avons un besoin de nous en évader, de rejoindre morphée qui nous tend ces bras rassurants.

Qui est Morphée ?

D'après Wikipédia : Morphée (en grec ancien Μορφεύς / Morpheús, de μορφή / morphế, « forme ») est, dans la mythologie grecque, une divinité des rêves prophétiques.
Il est, selon certains théologiens antiques, le fils d'Hypnos (le Sommeil) et de Nyx (la Nuit), et selon d'autres, la principale divinité des mille Oneiroi engendrés par Nyx seule. Il a pour vocation d'endormir les mortels.

La morphologie à pour racine Morphée, qui signifie donc Forme.
De sa forme, il s'écrit également : Mort et Fait, autrement dit, celui qui dort, c'est celui qui : fait-le-mort
Résumé : lorsque nous dormons, nous livrons nos vies à la mort, qui n'est que l'âme-hors, c'est-à-dire que nous quittons ce monde de forme physique, pour rejoindre celui qui est appelé : monde onirique, celui des rêves.
Or, le rêve, selon la description que nous en faisons, c'est le monde idéal. Ce monde idéalisé, dans l'inconscient humain, s'apparenterait au jardin d'Éden, ou paradis...
Lorsque nous quittons ce monde réel, notre âme délaisse le corps physique, pour redevenir pure énergie, que nous appelons corps éthérique.
En tant qu'énergie pure, l'âme rejoint une autre dimension, une dimension que nous qualifions de vacuité, un monde intermédiaire entre l'infini et le finit.
Un monde de toutes les possibilités ou probabilités, c'est un lieu de rencontre, ou l'espace-temps n'est qu'un, le passé, le présent et le futur se côtoient.
Selon nos états psychologiques, nos niveaux de vies spirituelles, nos sensibilités et l'intensité qui nous animent, nous accédons à des zones différentes dans ce monde onirique.
Lorsque l'âme réintègre le corps physique, c'est la fin du rêve et du sommeil.
Au réveil, à l'état de conscience, nous pouvons nous en souvenirs ou pas, des rêves que nous avons faits durant notre sommeil.
Leurs sens sera variable et dépendant des niveaux cités auparavant. Ils auront pour caractères une signification, allant de rêves prémonitoires, si l'activité spirituelle du sujet est profonde, aux simples rêves dont le sens peut nous être à la fois clair et confus, en passant par ceux dont le scénario est totalement incompréhensible, si le sujet se trouve dans un état de confusion psychologique.
Dormir est une activité plus intense que la phase d'éveil...
D'or et la Mire, l'or étant symboliquement la couleur du soleil donc de la lumière et la mire qu'est la cible.
Notre cible est la lumière, chercher à comprendre par la lumière divine le contenu de notre quotidien pour en saisir le sens, c'est là, le sens et l'activité du sommeil et du verbe dormir...

Image de Anncapictures de Pixabay