Pour les adeptes de la raison pure, au-delà de cette limite, vos pensées ne sont plus valables...

Il est plus rassurant de croire à une illusion qu’à une vérité qui dérange.

B

Des oiseaux de par leur symbole volatile et de légèreté, sont au plus prés du ciel

La lettre B

Deuxième lettre de l'alphabet, graphiquement c'est le chiffre 1 et 3 unis.
Elle évoque :

  • Femme enceinte
  • Lieu clos
  • Seins
  • Sein et ventre enceints
  • Foyer
  • Enceinte
  • Fertilité
  • ce qui engendre

Ce qui est nouvellement engendré on le nomme BéBé, c'est un nouveau B venue dans le monde symbolisé par la lettre E.

Bateleur

Définition du bateleur selon le Larousse : artiste forain qui exécute des exercices acrobatiques ou se livre à des pitreries sur les places publiques.
Comme on le voit, nous avons à faire à un illusionniste professionnel, un expert du divertissement.
Comme son nom l'indique : Bas-te-leur, n'est ce pas clair que tout ce qui est du bas est un leurre, pour nous qui sommes si attachés à la matérialité ?

Bien

Le bien se définit comme une valeur Absolue, il a pour contraire le mal.
Le bien comme le mal, sont des termes hérités de nos traditions judéo-islamo-chrétienne, auxquels ils pourraient êtres substitués par l'expression plus neutre que sont le positif et le négatif.
L'électromagnétisme est le symbole de ses deux polarités, il dispose d'un pôle + et d'un pôle -, c'est un mouvement de va-et-vient, l'énergie circule de l'intérieur vers l'extérieur et inversement.
Lorsque l'on associe les deux, on obtient le bi en un, les deux en un, ceci caractérise le bien, qui le rend Absolu.
Le mal-négatif, est d'ordre relatif, puisqu'il peut évoluer ou s'autodétruire par lui-même.
Conclusion : le bien, c'est l'unité, le mal, c'est le diabole, celui qui fractionne et empêche l'unité de se réaliser. Diabolo est un terme qui provient du Grec, il signifie : diviser, qui sème la division, en français, il donnera le mot : diable.
Ces notions de bien et de mal, ne sont rien d'autre que la marque de l'évolution (bien-positif) et son contraire qu'est l'involution (mal-négatif).
Selon le niveau sur lequel la conscience se situe, sur une échelle qui va du bas (l'involution) vers le haut (l'évolution), n'auront pas le même sens.

  • Corps organique du monde sensoriel,
    • le mal, c'est tout ce que le corps subit, la douleur d'un coup, la faim, la soif, la fatigue, etc...
    • le bien c'est le contraire, le soulagement, manger, boire, dormir, ...
  • Corps intellectuel du monde astral,
    • le mal, c'est tout ce qui provoque de la souffrance, ce qui est lié à l'émotion, ce qui contredit l'égo, sa logique, sa réflexion, l'absence...
    • le bien c'est la satisfaction, la passion, l'exaltation, l'euphorie, l'intérêt, la possession, le pouvoir, etc.
  • Corps spirituel du monde mental,
    • le mal toutes formes de vices, ce qui est déconstruction, destructif, la confusion, les amalgames, l'ignorance, le mensonge, etc, etc.
    • le bien les vertus, la connaissance, la sagesse, l'amour, la vérité, la sincérité, etc.

Le bi en un, c'est la conciliation des deux sommes, car le bien étant absolu et à ce stade, le mal, est une nécessité qui permet à la conscience d'émerger par l'expérience de l'un et l'autre et le choix effectuer par le libre arbitre. En se sens le mal est un bien, cependant, cela ne remet pas en cause l'échelle des valeurs que la conscience via le discernement aura distinguée.

Bonheur

Le bonheur, fait partie des thèmes préféré de l'homme, tant il évoque un idéalisme qui frise par instant l'indécence du fantasme.
Bon-heur, comme l'expriment les syllabes, ce n'est que la bonne heure, mais qu'est-ce qu'une bonne heure ?
Le temps composé d'un passé, un présent et un futur, la bonne heure, c'est tout simplement l'instant présent et rien d'autre.
Vivre au présent est une notion plus difficile qu'il n'y paraît, nous surfons constamment dans le temps.
La machine à remonter le temps à défaut d'être matérialisée, intellectuellement, fonctionne merveilleusement bien.
Nous ne cessons de voyager dans le passé et le futur lorsque la réalité du présent devient inconfortable.
La nostalgie nous attire plus facilement, il n'y a rien à faire, rien à réfléchir, tout est déjà scellé, d'autant plus, que cela nous rassure, puisque nous n'y sommes plus, il n'y a donc aucun risque...
Quant à l'avenir, il est purement fictif, se projeter dans le futur peut être agréable, avec un peu d'imagination.
L'inconvénient de ce futur et qu'il repose sur une imagination délirante, elle ne repose sur rien de tangible, puisqu'il est imprévisible.
Supposons que l'on puisse aller dans le passé, il nous suffirait de modifier l'instant choisit, pour que notre futur en soit différent.
Voilà c'est fait, nous avons changé certaines choses, qui influerons notre avenir, mais ce n'est que certains paramètres, on ne peut modifier en même temps l'influence et l'interaction qu'aura le reste du monde sur cet avenir, à moins d'être le divin, le créateur...
Le bonheur c'est d'etre à la bonne heure, comme les aiguilles d'une montre qui sont alignées sur le temps. Le bonheur, c'est la bonne heure, la bonne heure, c'est le moment présent et le présent nous dit : près-sent, sentir de près.
Sentir non par le sens olfactif, mais celui de l'intuition et la foi, et de conscience...

Pour lire l'article complet sur le bonheur

Image de Anncapictures de Pixabay